« Les infirmières, porteuses d’un grand danger si elles sont autonomes ».

 

Je viens de lire un article tout à fait fascinant dans lequel on parle de nous autres, les infirmières. Et qui résume les propos tenus par M. Battistoni, président de MG France. Qui sont les suivants :

« Les infirmières de pratiques avancées ont un profil de compétences très proche de celui des médecins généralistes. Ce qui est potentiellement porteur de grand danger si elles sont autonomes. Ou si elles viennent du secteur hospitalier »

Une explication s’impose.

Nous ne sommes pas sans savoir que notre profession va probablement connaitre certains changements.

Notamment sur le sujet des IPA.

Mais alors là, attention. C’est là que vous devez vous accrocher aux accoudoirs de votre fauteuil. Si vous n’en n’avez pas, vous risquez de tomber.

Certains médecins ont décidé de s’en mêler.  Pourquoi ? Visiblement, ils ont peur, à lire et écouter les propos tenus par M. Battistoni, qu’on leur pique leur travail.

 En effet, lors de l’interview qu’il a donné à Raphaëlle Duchemin le jeudi 5 avril sur Europe 1 il a dit, je cite:

«  S’il s’agit de créer un autre corps professionnel qui vient prendre notre place, ça ne nous convient pas. »

Rappelons aux médecins qui s’insurgent contre nous autres infirmières, que nous n’exerçons absolument pas le même métier. Que nous ne souhaitons pas prendre votre place.

Parce que sinon, on aurait déjà repris nos études. Car, oui, maintenant il existe des passerelles.

Et que, non, nous ne sommes pas non plus des infirmières frustrées. Nous ne nous sommes pas rabattues par dépit sur notre profession. Nous l’avons choisie.  Pour accompagner le patient. Et c’est exactement ce que le rôle d’IPA sera. Un rôle d’accompagnement, d’éducation au patient, et de prévention. Dans le but de limiter les visites chez le médecin, et les hospitalisations.  Dans le but d’arriver à une prise en charge globale, avec un seul objectif, le bien-être de nos patients. Ça vous parle non ?

C’est tout. Ce n’est pas pour d’autres raisons que les infirmières veulent voir évoluer leur métier.

Et puis, rappelons au passage, que là, ce sont les médecins qui se plaignent d’en avoir trop, du travail.

Certes, j’ai bien compris que c’est à cause de la lourdeur administrative. Et qu’ils souhaitent pouvoir recentrer le patient au cœur de leur pratique. Et que, du coup, il sentent arriver d’éventuels glissements de tâches …

Mais de là à aller rabaisser notre profession, il y a tout de même un monde.

Les généralistes et hospitaliers, que je côtoie, aussi bien en formation, dans mon travail, que dans ma vie personnelle, n’ont à priori pas du tout la même opinion sur les infirmières que les propos tenus et que je prends comme injurieux à l’égard de notre profession. Car eux, sont des gens bien. Qui n’appartiennent pas à cette catégorie abominable de praticiens qui me donne la nausée. Ceux qui ne pensent qu’au fait que nous ne sommes là que pour leur voler une partie de leurs compétences et de leur patientèle.

Alors merci à ceux que je côtoie. Merci pour le respect que vous me témoignez et les échanges que l’on peut avoir et qui enrichissent ma culture personnelle et professionnelle.  Parce que, dire merci, c’est tellement important.

Avec un respect mutuel constant, avec un travail en commun dans l’intérêt du patient, nous pourrions entreprendre tellement de choses.

Et oui, une fois encore, je crois à l’impossible peut-être, mais c’est tellement beau de rêver.

.

« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite» 

Henry Ford

 

 

Liens en rapport avec cet article :

 Propos tenus par Jacques Battistoni président de MG France issus de l’article suivant :

https://www.egora.fr/actus-pro/syndicalisme/38628-il-faut-redonner-du-temps-au-generaliste-pas-lui-enlever-des-missions

L’interview de Raphaëlle Duchemin, chronique de l’émission Europe 1 BONJOUR, diffusée le Jeudi 5 Avril 2018 :

http://www.europe1.fr/emissions/linterview-de-raphaelle-duchemin/les-medecins-generalistes-reunis-en-congres-3618119

 

Tous mes remerciements à infirmiers.com pour le partage de cet article sur leur site:

https://www.infirmiers.com/profession-infirmiere/presentation/ipa-non-infirmieres-ne-veulent-pas-prendre-place-medecins.html

 

 

 

 

3 Replies to “« Les infirmières, porteuses d’un grand danger si elles sont autonomes ».”

  1. En même temps, s’ils étaient là quand le besoin se manifeste, on n’en serait pas là. L’autre jour une collègue d’IME disait fièrement qu’elle pouvait enfin préparer sur l’ordi les ordonnances de façon plus rapide pour les faire signer par le doc…moi je ne trouve pas que leur tenir le stylo soit un privilège, je trouve surtout que c’est faire à leur place alors qu’on en a déjà bien à faire.
    Ils sont gentils ceux qui sont contre: on n’en arriverait pas là si ils étaient plus présents sur le terrain, les docs. Sauf que contrairement aux IDE, les pouvoirs publics s’aplatissent devant le pouvoir de leur signature, pour repondre aux exigences des ARS, et qu’on vit toujours dans la même logique de hiérarchie patriarcale, ou l’IDE serax toujours celle qui fait le ménage du médecin.
    C’est pour cela que les dites pratiques avancées ne me semblent pas un progrès, mais, comme me le prophétisait mon banquier il y a dix ans, faire faire le travail des médecins pour moins cher.

    J'aime

  2. Après, ça fait bien longtemps que les infirmières sont déjà autonomes.
    Pour ma part, bossant en IME en ce moment, j’ai appelé 5 médecins et le 15 pour une gamine. Ça a fini par retour chez elle (60 bornes) pour aller voir le médecin traitant, entretemps j’ai juste fait valider au téléphone avec le 15 le comprimé d’Aerius que j’avais déjà sorti car je savais que c’était ca qui serait prescrit.
    On sait déjà faire le taf des médecins depuis des années. Il nous manque juste le pouvoir légal de leur signature.
    Et moi j’aimerais juste faire infirmier. Je joue au docteur quand c’est pas possible autrement et je n’aime pas ça. Et encore, heureusement qu’on utilise cette homéopathie sur l’initiative de ma prédecesseuse que je remplace, ça permet de jouer au docteur de façon soft, et ça marche pas mal, n’en déplaise à ses actuels détracteurs. Car même si soit disant ça marche pas scientifiquement, ça permet au moins à l’IDE de bien faire semblant de s’occuper du patient en s’en occupant avec quelque chose de tangible, ce qui les rassure grandement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s