Rémunérée vingt-deux euros pour faire passer un concours …..

Je m’appelle Virginie et je suis infirmière.

Aujourd’hui, on va parler argent. On va parler argent et infirmière.

Dans des circonstances particulières.

J’ai récemment fait passer le concours aide-soignant.

En ouvrant ma boite aux lettres ce matin, j’ai reçu la rétribution correspondante à ce job. Car il parait que tout travail mérite salaire.

Ma rétribution s’élève à …. vingt-deux euros net. Je vous fait grâce des centimes, je ne vais pas m’abaisser à ça.

Passons maintenant à l’étape calcul. C’est à dire ce qui me reste dans ma bourse.

En effet, l’école en question m’avait demandé de bloquer mon après-midi pour faire passer ce concours. Je devais me présenter vers 13H 15. Pour ce faire, j’ai mes mis mes deux enfants à la cantine, car du coup, je ne pouvais pas les prendre à déjeuner et arriver à l’heure demandée sans être en retard. A six euros le ticket, je vous laisse faire la soustraction, vous trouverez aisément ce qui reste dans ma bourse. Car une soustraction avec ce chiffre peut visiblement se faire de tête sans se tromper.

Mais ce n’est pas fini. Je me suis rendue sur les lieux en voiture. Qui dit voiture, dit consommation d’essence.

Je vous entends d’ici …. Bah, elle n’avait qu’à prendre le bus ou le métro, ça coûte moins cher, elle aurait gagné au moins 6 euros !!!!! La bonne blague, c’est que, là où j’habite,  à Trifouillis Les Oies, il n’y a, figurez-vous, pas de transports en commun.

Donc, tout cela mis bout à bout,  on est proche du bénévolat.

Et justement. Si on m’avait demandé de faire un cours ou de faire passer ce concours en tant que bénévole et que cela avait été présenté ainsi, je pense que je l’aurais fait.

Parce que faire passer les concours, c’est aussi important que former ses pairs, en allant par exemple, donner des cours. C’est donner l’envie à une  génération de futurs soignants « de prendre soin » et c’est aussi le moyen de leur transmettre notre passion du métier. Les raisons pour lesquelles on a fait tout ça.

On se fout de notre gueule. Littéralement. J’ai fait trois ans et demi d’études et je ne vous parle pas de mon ancienneté. La valeur de mon diplôme aujourd’hui, je la ressens comme un billet de vingt euros. Voilà ce que je vaut. Pas plus aux yeux du monde.

Je crois que je vais en rester là… Il n’y a malheureusement rien d’autre à ajouter.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s