SAMU: La plus vieille branche de la télémédecine laissée-pour-compte.

Le Parisien l’a titré : 2018, sera peut-être bien l’année de la révolution de la télé-médecine.

Formidable, enfin quelque chose qui avance dans les réformes portant sur la loi santé 2016.  Cette mesure semble si révolutionnaire! Ainsi notre Premier Ministre a promis qu’en 2020 toutes les EHPAD seront dotées du matériel adéquat à la réalisation de téléconsultations.

Mais ça englobe quoi la télémédecine déjà ?

Les actes de télémédecine, sont définis par le décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010. Ce sont des actes médicaux. Ils sont actuellement au nombre de cinq : la téléconsultation, la téléexpertise, la  télésurveillance, la téléassistance médicale et la régulation médicale.

Tiens, tiens, la régulation médicale….

Ça ne vous rappelle pas quelque chose dans l’actualité très récente ?

C’est quoi déjà la régulation médicale d’ailleurs ?

C’est la réponse médicale apportée dans le cadre de l’activité des centres 15. C’est comme cela que la définit le site santé.gouv.

Donc, la régulation médicale est une branche de la télémedecine. Télémédecine qui doit évoluer grâce à la loi santé 2016. Enfin visiblement uniquement une partie, puisque, la régulation médicale n’est pas citée dans ces mesures.

On parle de téléconsultations avec avis spécialisé en passe d’être remboursées, de prise en charge de patients en téléconsultation urgente par leur généraliste pour éviter des hospitalisations inutiles, d’équiper des déserts médicaux  et j’en passe, mais pas une fois le Service d’Aide Médicale Urgente, qui est la branche la plus ancienne de télémédecine dans notre pays (depuis 1965)  n’a été évoqué en terme d’évolution concrète.

Seulement voilà, aujourd’hui, ce sont les centres d’appel du SAMU qui sont sous les feux des projecteurs. Et autour de toute la polémique actuelle,  l’élément qu’on peut dans tous les cas relever dans tous les SAMU de France, c’est clairement le manque de moyen.

La télémédecine est en passe de révolutionner la vie des français. Mais parallèlement au financement de toutes ces merveilleuses nouveautés, ne s’avère il pas nécessaire de débloquer des fonds pour la plus vieille branche de la télémédecine? Vieille branche, certes, mais essentielle à la survie.

Les centres d’appel sont surbookés et ce n’est pas près de s’améliorer. Ces mêmes appels qui devraient tous être régulés sous couvert d’un médecin.  Peut-on aujourd’hui parler de modernisation du système de santé lorsqu’on tend à n’agir que sur une seule de ses parties ?

A l’heure où Agnès Buzyn tient plus que serrés les cordons de la bourse du budget santé,  comment arriver à l’atteinte d’ un objectif primitif de prévention primaire que prône cette fameuse loi santé si aucune mesure n’est entreprise pour redonner un souffle au système en place ?

Visiblement, un changement de paradigme plus que rapide s’avère indispensable, parce qu’une branche de la télémédecine, aujourd’hui en manque de moyens humains, court à sa perte.

Liens en rapport avec cet article

http://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telemedecine/article/la-telemedecine

http://www.leparisien.fr/economie/2018-l-annee-de-la-revolution-de-la-telemedecine-08-04-2018-7652970.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s